On parle d’insuffisance cardiaque lorsque le cœur n’arrive plus à assurer sa fonction essentielle de pompe du sang et d’irrigation de tous les autres organes. Les causes principales sont les maladies coronaires et l’hypertension artérielle. Les complications les plus fréquentes sont les troubles du rythme, les accidents thromboemboliques (formation de caillots) et l’insuffisance rénale.
Il s’agit d’une maladie sévère, progressive et souvent fatale. Près de la moitié des patients décèdent dans l’année qui suit la première hospitalisation1.

pathologie_01

Progression*
 
Classe I  
Classe II  
Classe III  
Classe IV
Symptômes
pix_bleu Pas de symptômes pix_bleu Fatigue, palpitations, essoufflement après
un effort soutenu
pix_bleu Symptômes et gène au moindre effort pix_bleu Symptomatique
au repos
pix_bleu pix_bleu pix_bleu pix_bleu pix_bleu
Activité
Pas de limitation Limitation modeste Réduction marquée Impossibilité (alitement)
*Classification internationale de la New York Heart Association

Les traitements de l’insuffisance cardiaque sont essentiellement palliatifs: médicaments, réadaptation cardiovasculaire, stimulation multi-site, techniques chirurgicales conventionnelles de revascularisation, d’annuloplastie mitrale, assistance circulatoire mécanique ...

Pour les patients en insuffisance cardiaque avancée bi-ventriculaire, réfractaires à toutes ces options, le seul traitement est la greffe cardiaque. Or, il y a moins de 4.000 cœurs de donneurs disponibles chaque année dans le monde, pour plus de 100.000 patients qui attendent une solution.


  1. Stewart S, et al. . More ‘malignant’ than cancer? Five-year survival following a first admission for heart failure. Eur J Heart Fail 2001;3:315–322.